SV650
Photo moto

  logo existe en 34 ch    logo garantie 2 ans    logo nouveauté
SV650. Facilité et caractère.

PRÉSENTATION

Début 1999, Suzuki tentait un pari osé : lancer sur le marché deux machines propulsées par un bicylindre en V de 650 cm3, alors que le marché français avait toujours réservé un accueil glacial aux moyennes cylindrées, pas plus qu’il n’existait en France de «culture» du bicylindre. Aujourd’hui pourtant, les SV650 (le roadster) et SV650S (la sportive) caracolent en tête des ventes en France et en Europe ! Une mécanique incroyablement expressive, une partie cycle vive et agile, un poids réduit, il n’en fallait pas plus pour transformer un coup de poker en une vraie réussite. Profondément revue en 2003, la SV continue sa carrière avec un succès qui ne se dément pas.

MOTORISATION

Créé en 1998, le bicylindre en V à 90° de 645 cm3 quatre temps à refroidissement liquide qui propulse la SV650 fait appel à des solutions éprouvées mais aussi à des techniques directement empruntées aux références technologiques que sont les hyper sportives de la gamme GSX-R. C’est notamment le cas de la distribution confiée à un double arbre à cames en tête attaquant 4 soupapes par cylindre, une architecture favorisant les hauts régimes (zone rouge à 10 500 tr/min). Préalablement assurée par une rampe de carburateurs, l’alimentation évolue sur le millésime 2003 avec l’adoption d’une rampe d’injection à double papillon, similaire à celle que l’on trouve sur les récentes SV1000. Mise au point avec succès sur les GSX-R, cette technologie permet tout à la fois de concilier puissance et souplesse (avec une augmentation significative du couple à mi-régime), mais aussi de limiter la consommation, ainsi que les émissions polluantes. Afin de satisfaire aux normes antipollution Euro2, le moteur de la SV dispose par ailleurs d’un système d’injection d’air, ainsi que d’échappements catalytiques.

PARTIE CYCLE

Dans la lignée des premières SV et depuis le millésime 2004, la SV650 est équipée d’un cadre de type "treillis", entièrement réalisé en aluminium. Toutefois, ce cadre se distingue de celui de la génération précédente par une construction simple et rationnelle puisqu’il n’est composé que de 4 éléments principaux : 2 éléments issus de fonderie (la colonne de direction et les supports de bras oscillant soudés à 2 treillis latéraux moulés grâce à un tout nouveau procédé à haute pression.
Issue des études menées lors du développement de la SV1000, cette nouvelle technologie a permis d’obtenir un ensemble plus léger et dont la rigidité peut être contrôlée de manière plus homogène. Comme parle passé, la suspension avant fait appel à une fourche télescopique hydraulique de ø 41 mm réglable en précharge et offrant un débattement de 130 mm .
À l’arrière, un monoamortisseur réglable en précontrainte agit sur un bras oscillant en aluminium et offre un débattement en sensible augmentation (138 mm contre 125 sur le modèle précédent). Parfaitement dimensionné pour stopper les 165 kg revendiqués par la SV650, le système de freinage est confié, pour l’avant, à un double disque semi flottant de ø 290 mm ainsi qu’à des étriers 2 pistons. L’arrière reçoit un simple disque de ø 220 mm coiffé d’un étrier simple piston.

Le joujou extra.